Méditation guidée chez soi

Conseils pratiques

1-      Où méditer ?

  •           Trouver un endroit aéré, calme, confortable et silencieux.
  •           Si possible méditer vers l’Est.

 

2-      Quand méditer ?

  •           Le matin, méditation tonique et dynamisante, avant le petit déjeuner.
  •           Le soir, après un léger repas du soir, avant le coucher. Méditation apaisante.

 

3-      Combien de temps méditer ?

L’important est de commencer. Débuter par 10 minutes. Quand vous vous sentez prêt, vous pourrez pratiquer dans la durée.
Votre corps enregistre votre régularité : même lieu, même heure, même durée, même méthode.

Lorsque vous expérimentez que cette pratique devient de plus en plus facile ; que cela médite en vous, que tout se fait tout seul, sans effort, sans tension, que les séquences sont trop courtes, alors… augmentez le temps progressivement de 5 minutes, en 5 minutes, pour arriver à 30 minutes.

Ne vous hâtez pas. Chacun à son rythme, sans forcer, sans vouloir. N’attendez pas le résultat.

 

4-      Méthode proposée.

Début de méditation

  • Intention : décider
    Décider d’être présent, attentif, à l’écoute, sans tension.
  • Ecouter votre état émotionnel.
  • Reprendre dans le protocole vécu en groupe ce qui vous parle :

o   accorder son corps comme un instrument de musique. Confort d’abord.
o   points d’appuis, verticalité.
o   perception des mains.
o   respiration : commencer par le circuit court.


Fin de méditation

Observer avec bienveillance votre état de perception et d’intention.
Votre état émotionnel a-t-il évolué ?

 

5-      Endormissement et méditation.

Si vous expérimentez des assoupissements successifs, allez vous reposer. Ce n’est pas le moment de méditer.  Reportez ce temps-là. Ne luttez pas.

Remettre votre corps en mouvement, à l’extérieur, vous aérer : reprogrammer une autre séance.

 

6-      Pensées et méditation.

Lorsque les pensées sont obsédantes, les accepter, ne pas s’y opposer, mais les laisser couler. Elles ont le droit d’être là. Vous pouvez les observer comme un témoin.

  •    Revenir tranquillement à la perception de la paume des mains, à l’écoute des sensations de votre corps.
  •    Revenir à votre respiration osseuse, circuit court ou circuit long.
  •    Revenir à vos points d’appuis.

 

7-      Tensions et méditations.

Votre corps se tend, les douleurs apparaissent. Accueillir votre douleur et l’accepter, non lutter.

  •    Revenir à la perception de vos mains.
  •    Adapter la position du corps, l’ajuster par des micro-mouvements.
  •    Faire circuler l’énergie de la douleur, l’expanser, la diffuser dans 6 directions :

   vers le sol-terre, points d’appuis, vers le plafond, ciel, vers l’avant du corps, vers l’arrière : votre dos, à gauche, à droite de votre corps.

  •    Par la respiration, mettre l’accent sur l’expiration, expirer dans l’os.

 

Si c’est possible pour vous, visiter cette douleur, ne pas la fuir.

Elle a probablement un sens que vous décrypterez en son temps.